carrera lunettes site officiel 2636

oakley pas cher,lunette pas cher,Tout d’abord,www.lunettecarreramagasins.biz, l’impression d’un lieu vide, sans vie, car il s’agit d’un hôpital désaffecté. Puis, au détour d’un couloir sombre, l’apparition d’une toile,Ray Ban Wayfarer, d’une photo, d’un atelier de mode,oakley. L’Hôpital Ephémère (ex -hôpital Bretonneau) est un vivier de jeunes créateurs dans lequel une lourde atmosphère reste encore prégnante malgré la volonté commune d’oublier le passé. “Ces graffitis, c’est une façon d’exorciser l’hôpital”, dit le peintre Alberto Trucco,carrera pas cher. Et ils sont légion,lunettes oakley, ici,Archives L’HÔPITAL était vraiment éphémère. Les soixante plasticiens, les quinze groupes de musique,oakley pas cher, la troupe de danse et celle de théâtre qui y travaillent se sont installés ici sans qu’il y ait de tendances communes dans leurs œuvres,oakley pas cher. Certains d’entre eux ont acquis une certaine reconnaissance,lunettes ray ban moisn cher, tel le styliste Xüly Bet, dont Forest Whitaker jouera le rôle dans le prochain film de Robert Altman. Pour le trouver,lunette oakley discount, il faut aller dans le service de radiologie,sunglasses oakley. Xüly Bet, c’est une mode très “underground”, portée aussi bien par Madonna que par des midinettes “grungisantes” mais qui, paradoxalement,ray ban, est diffusée en boutique et dans le catalogue des Trois Suisses,oakley pas cher. Dans le même service s’est installé un atelier de bijoux,ray ban pas cher, Ballistic’s (pendentifs en forme de clous). Plus loin, Emma Lumma, une modiste, coud manuellement chacun de ses chapeaux,ray ban moins cher. Les artistes sont nombreux, leurs supports variés,lunette pas cher, la qualité de leurs travaux également.

Alberto Trucco

Alors qu’on évolue dans l’atelier d’Alberto Trucco,lunette Ray Ban Wayfarer, la térébenthine couvre tout juste l’odeur de formol. Etrange impression que d’entrer dans cet ancien bloc opératoire reconverti pour quelques temps en espace de création,lunette carrera. Dans ce paysage blanc aseptisé, Trucco manipule ce qui est le leitmotiv de son travail : l'”inexprimé”. Chacune des ses œuvres soulève une dialectique de la présence et de l’absence, du dit et du non-dit,lunette ray ban pas cher, de l’explicite et de l’implicite. “Inespresso”,lunettes ray ban, c’est le terme qu’il emploi avec violence dans ses œuvres. Que ce soit dans ses sculptures scellées dans des cages de verre,ray ban pas cher, partiellement ou totalement dépolies,Archives L’HÔPITAL était vraiment éphémère, qui nous laissent ressentir ce qui est entravé, ou dans ses toiles non finies qu’il laisse en suspens, Alberto Trucco joue avec notre perception du réel et notre imaginaire. Avec cette boîte,lunette carrera magasins, il nous questionne sur la perception du vide que l’on comble grâce à l’imaginaire. “Dans les sculptures scellées,ray ban aviator pas cher, dit-il,lunette ray ban pas cher, je te donne la responsabilité du regard”,lunette oakley. Avec son travail sur Saint-Sébastien,ray ban pas cher, il exprime la “contraction au moment où la flèche est partie,ray ban pas cher, mais n’a pas encore touché le corps”. Dans toute son œuvre, on retrouve cette idée d’interstice signifiant que l’on construit sur le vide,lunette oakley. Ses prochains projets sont d’envergure, une sculpture qui attache le ciel et la terre,carrera,lunette oakley motocross 6426, une balise géante pour amuser les poissons…

Ses œuvres sont exposées à la galerie Patricia Dorfmann, 39 rue de Charonne, 75011 Paris,lunette carrera. Tél : 47 00 36 69

Bernard Tran

Que ce soit en photographiant des nuages qui forment par hasard des chiffres ou des lettres de l’alphabet,carrera lunettes, des structures évolutives d’oiseaux en créant une danse ou en émettant des sons corporels signifiants, Bernard Tran tente d’exprimer le rapport imaginaire des hommes à la nature. C’est-à-dire qu’à partir de formes aléatoires, il perçoit des structures élaborées du langage. Par là même, il retrouve les codes qui permettent à une civilisation de dominer la nature. C’est dans le bloc opératoire que l’on peut admirer ses œuvres.

L’Hôpital Ephémère, c’est un endroit nécessaire, un lieu de création interdisciplinaire, de rencontres et d’expositions. Le Ministère de la Culture va devoir parier sur de telles structures s’il veut que Paris se maintienne parmi les hauts lieux de l’art contemporain. Mais l’Hôpital Ephémère va être détruit en 1995,carrera lunettes 8866, après six ans d’existence, comme l’ont été les squats du quai de la Gare, les Charbonniers, ou encore le Couvent des Recollets qui a brûlé mystérieusement…

Dieser Beitrag wurde unter Uncategorized abgelegt und mit , , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Hinterlasse eine Antwort