carrera sunglasses 1054

oakley pas cher,lunette pas cher,Allo, ici mort-vivant ,lunette carrera pas cher!

La légende : Une vieille dame allitée reçoit un coup de fil d’un vieil homme dont la voix est excatement la même que celle du défunt mari.

Un soir, alors que dehors une tempête faisait rage, une vieille dame entend son téléphone sonner,ray ban pas cher, décriche et entend faiblement la voix de son mari, mort quelques années plus tôt,ray ban aviator pas cher. Peu après, on se rend compte qu’un poteau de ligne téléphonique était tombé exactement sur la tombe du défunt mari ,Ray ban Wayfarer 3624. Aurait-il profité de l’instant pour se faire entendre ?

Il y a une variante à cette histoire : La vieille dame, tellement choquée par le coup de fil,oakley pas cher, meurt dans son lit. Au moment de la mettre en terre,QUELQUES LEGENDES URBAINES, on découvre que la ligne téléphonique passait à côté de la tombe du mari,carrera lunettes. Cette histoire a été utilisée dans un épisode de Twilight Zone.

Les enfants du train, le retour ,oakely moins cher!

Voilà une histoire qui pourrait bien être vraie : Un jour, au Texas, un bus bourré d’écoliers se retrouve bloqué sur des rails de train. A ce moment-là, un “TGV” local arrive et ne peut freiner à temps. Le bus est alors défoncé par le train et traîné sur plusieurs mètres. Tous les enfants y perdent la vie . A présent, si vous vous garez à cet endroit là et que vous vous mettez à l’arrêt, votre auto se dégagera d’elle-même !

Devant cette nouvelle plutôt étonnante, une équipe de spécialistes s’est rendue sur place pour filmer le phénomène et a fait la constatation suivante : Alors que l’auto était vide et propre, ils l’ont retrouvée un peu plus loin avec des empreintes digitales d’enfants sur le pare-choc ,lunette ray ban pas cher! Ces chers petits étaient donc passés par là pour dégager le véhicule,QUELQUES LEGENDES URBAINES,lunette carrera. Pour ceux qui n’ont rien prévu pour Halloween,carrera pas cher, sachez que cette expérience se passe à San Antonia au Texas,discount ray ban.

Bloody Mary

Voilà la “terrible” histoire de Bloody Mary : Voilà, si vous répétez 13 fois ‘Bloody Mary’ devant votre miroir,Ray Ban Wayfarer, et ce dans une chambre éclairée au moyen de bougies, et l’esprit de Mary viendra se venger sur vous. Notez bien que les salles se bain sont parfaites pour faire l’expérience, puisqu’elles sont munies d’un beau grand miroir,ray ban pas cher.

Faites quand même attention, parce que quand Bloody Mary arrive,lunette oakley, elle n’est pas spécialement gentille ! Voilà ce dont elle est capable :

1) Elle tue la personne qui ose l’appeler

2) Elle arrache les yeux

3) Elle rend fou

4) Elle vous attire dans le miroir

La légende de Bloody Mary ne date pas d’hier, loin de là ! Fin des années 70, les étudiants adoraient cette histoire et se la racontaient au cours de leurs soirées pyjama ou autres drôleries,oakley. Quant à l’origine de cette histoire, c’est plutôt flou ,oakley radar. Certains prétendent que Bloody Mary était une sorcière qui a fini sur le bûcher,lunette carrera, d’autres racontent qu’il s’agit d’une femme de notre époque qui a perdu la vie dans un accident de voiture,lunettes oakley. A noter que cette légende a été utilisée dans le cadre du film Urban Legend (1999),lunette oakley.

Qui a vu mémé ,carrera?

En plein voyage à travers le Mexique,lunette ray ban aviator, une famille se rend malheureusement compte que grand-mère est morte dans la voiture . Plutôt que de l’abandonner lâchement le long de la route, les parents décident de l’enrouler dans un tapis et de la mettre sur le toit de la voiture, de telle sorte que les enfants ne soient pas indisposés par l’odeur du corps ,lunettes ray ban.

Quand la famille arrive à la ville suivante, les estomacs crient famine et tout le monde va manger un bout,oakley pas cher. Quand ils sortent du resto, ils remarquent que la voiture est partie,ray ban, et mémé avec ,oakley lunettes! Des voleurs ne se sont donc pas contentés d’emporter la voiture,oakley pas cher, mais en plus ils ont embarqué la pauvre grand-mère en bonus. L’histoire se termine ainsi : Le famille n’a plus jamais revu ni entendu parler de la grand-mère et ont du attendre pendant 7 ans pour avoir les preuves de sa mort et ainsi recevoir l’argent de son assurance vie,ray ban moins cher. Bizarre,lunette carrera pas cher, vous avez dit bizarre ,lunette ray ban pas cher?

Un mort où on dort !

Voilà l’histoire : Un couple décide de réserver une chambre dans un petit hôtel isolé,ray ban pas cher. Ils rentrent dans la chambre et se rendent vite compte qu’il y a une odeur étrange et désagréable dans la pièce . Ils vont se plaindre à la réception, puis se rendent compte peu après qu’il y a un corps en décomposition sous le matelas. La plupart du temps, on situe ce type d’histoires dans un hôtel de Las Vegas ou un motel isolé. Le “piquant” de l’histoire, c’est qu’on ne retrouve le corps que quand il est bien puant et pourri,ray ban pas cher. Cette légende a cartonné fin des années 90.

Un exemple : Le 10 juin 1999, on retrouvait le corps “avarié” d’un homme de 64 ans dans le lit de la chambre 112 de l’hôtel Burgundy Motor Inn à Atlantic City, New Jersey. Un brave couple d’Allemands en vacances avait passé une (mauvaise) nuit sur ce mort ! Après s’être plaint le lendemain au manager de l’hôtel, ils ont découvert l’origine de la puanteur.

En 1989, en Virginie, un tueur a lui aussi eu cette brillante idée de planquer ces deux victimes dans des chambres d’hôtel : l’une sous le tapis de la pièce, l’autre sous un matelas. Pour ce qui est de la morte sous le tapis, il semble que le tueur l’ait d’abord mise deux jours sous le matelas du lit sur lequel il dormait, pour la mettre ensuite sous le tapis,oakley pas cher 8228. Apparemment, cette présence ne le gênait pas, puisque ce charmant monsieur a encore passé quatre semaines dans cette même chambre ! Mortel ! C’est bien plus tard, suite aux plaintes de clients pour l’odeur, que ces deux femmes ont été retrouvées. Malheureusement, ces histoires sont vraies . Le thèmpe a d’ailleurs été repris dans le film de Tarantino ‘Four Rooms’ (1995).

Dieser Beitrag wurde unter Uncategorized abgelegt und mit , , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Hinterlasse eine Antwort